Diam 24 one design / Général  / D-Rules, le passeport monotypie du Diam 24 od

D-Rules, le passeport monotypie du Diam 24 od

De la simple latte à la coque centrale, de la dérive à la tête de mât, chaque pièce de Diam 24 od est numérotée, et contrôlée tout au long de sa vie. Pour chaque bateau, ce sont plus de 20 pièces qui sont précisément vérifiées dans leur conformité et fichées dans le seul but de garantir la plus parfaite équité sportive et l’application D-rules permet de tout savoir sur elles. Un sportboat multicoque est composé de pièces interchangeables. Cet ensemble forme un grand puzzle, et il est indispensable de tracer toutes les pièces principales afin de garder l’intégrité des bateaux.

La dernière innovation du chantier ADH Inotec et de la classe Diam 24 od, c’est l’application D-rules elle a été créée dans ce but. C’est l’outil absolu du respect de la monotypie. D-rules permet  de recenser les différents éléments qui composent ce multicoque, identifiés par un numéro unique inscrit dans une puce RFID, ou à l’aide d’une étiquette inviolable. L’application permet en quelques secondes de tout savoir sur chaque pièce et surtout de garantir qu’elle est en parfaite conformité avec les règles de la classe. En d’autres termes, chaque composant du bateau a maintenant une vie numérique, complémentaire de sa vie physique.

Vianney ANCELLIN, patron du chantier explique : « La monotypie commence par la production, c’est un exercice de qualité. Produire des pièces de qualité parfaitement identiques est un processus bien connu des industriels. Nous appliquons les méthodes modernes de la production en série et les mettons au service de l’équité dans notre sport.  Il n’y a pas de monotypie sans contrôle et sans sanction. On ne peut pas se satisfaire de penser que les gens vont respecter les règles, il faut en avoir la certitude. Dernier principe important, c’est à l’équipage de garantir qu’il conserve son bateau en conformité avec les règles, c’est lui qui s’engage sur le certificat de conformité, document nommé Certificat D24od édité par D-rules».

Cette quête d’uniformité est inscrite dans les gènes du Diam24od et c’est la classe qui a en charge l’organisation des contrôles.

En fin de production C’est lors de l’ultime examen de conformité, établi par des contrôleurs formés, que les pièces sont décrétées conformes et ainsi certifiées dans la base de données.

Ensuite vient l’assemblage du bateau. Les pièces sont choisies pour que l’ensemble soit au poids et conforme aux dimensions. A nouveau cet ensemble, appelé la plateforme est contrôlé selon un protocole bien précis. Cet ensemble est enregistré dans la base de données.

Le certificat D24od devient délivrable pour la première fois, pour cet ensemble de pièces qui compose le bateau.

C’est l’équipage qui éditera le certificat, en y ajoutant des pièces libres au changement.

A chaque changement et/ou ajout de pièce le certificat sera modifié par l’équipage qui éditera un nouveau certificat, en y ajoutant des pièces libres au changement.

Les pièces ajoutées doivent exister dans la base, c’est à dire, qu’elles sont conformes.

Dans le cas contraire, s’il ne peut obtenir son certificat D24od, document à présenter obligatoirement à chaque épreuve, le concurrent n’est pas autorisé à s’aligner sur les épreuves destinées aux Diams 24 od.

Cette rigueur a d’ailleurs permis de convaincre les acteurs les plus reconnus du nautisme à l’image de World Sailing (la Fédération Internationale), de la FFVoile, ou des organisateurs.

Jean-Baptiste DURIER (ASO), patron du Tour Voile, estime d’ailleurs que c’est l’une des premières qualités de ce sportboat multicoque. «La crédibilité sportive, c’est tout simplement d’avoir une flotte de bateaux qui soient résolument identiques. C’est clairement aujourd’hui le cas en Diam 24 od, c’est même un des points forts du bateau. On sera toujours extrêmement vigilants là-dessus » explique-t-il.

Grâce à D-rules, coureurs, organisateurs et surtout, contrôleurs, peuvent dorénavant s’assurer de la parfaite conformité de chaque pièce et de respecter ces règles de classe qui commencent en rappelant que « la véritable compétition se fera entre les équipages et non entre les bateaux et leurs équipements. »

Nous vous donnons rendez-vous dans le prochain Diam News, pour vous expliquer les autres points d’innovations des Règles D24od.

Pas de commentaire

Répondre